LE NPD DEMANDE AU MINISTRE KENT DE FAIRE PREUVE DE LEADERSHIP ET DE PROTÉGER LE FLEUVE ST-LAURENT

Le ministre de l’Environnement ignore la demande d’évaluation de l’Office pétrolier

OTTAWA – Malgré les grandes préoccupations du public, le ministre de l’Environnement Peter Kent a rejeté une demande formulée par l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers (OCTNLHE) de créer un panel fédéral d’évaluation  concernant la proposition du projet de forage Old Harry dans le golfe du St-Laurent. L’Office a demandé une évaluation fédérale après avoir reçu de nombreuses lettres de citoyens préoccupés par la sécurité du projet.

« Les citoyens habitant dans ces collectivités ont vu ce qui s’est passé dans le golfe du Mexique et veulent s’assurer que la même tragédie ne se reproduise pas dans le golfe du St-Laurent », a indiqué Megan Leslie, la porte-parole du NPD en matière d’Environnement. « Ils veulent s’assurer que le forage sera effectué de façon sécuritaire. Ils ne devraient pas se faire ignoré par le ministre ».

La zone de forage Old Harry longe cinq provinces et 400 collectivités côtières, dont l’économie est intimement liée à l’océan.

« Il s’agissait d’une occasion importante  pour impliquer et consulter les collectivités, en particulier puisque cette région n’a jamais connu de développement pétrolier et gazier, » a pour sa part indiqué Romeo Saganash, le porte-parole du NPD en matière de Ressources naturelles.

« Mais au lieu d’assumer son rôle de leader, le gouvernement a simplement renvoyé la balle à la province. Si nous voulons instaurer des meilleures pratiques pancanadiennes en matière de développement des ressources naturelles, nous devons commencer dès maintenant à travailler ensemble. »

Le NPD exhorte le ministre de l’Environnement à être réceptif aux besoins de l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers et à participer à l’évaluation environnementale du site Old Harry.  

« Le ministre a la responsabilité, envers les centaines de collectivités situées sur les berges du St-Laurent, de protéger leur environnement, leur sécurité publique et leur économie », a ajouté Mme Leslie. «  Il est plus important de se préoccuper de leur subsistance que de tenter de hâter la réalisation d’un projet de forage sans d’abord procéder à l’évaluation environnementale appropriée. »