Déclaration de Romeo Saganash

En tant que député fédéral et membre du caucus néo-démocrate, je me dois de respecter un code de conduite digne de mes fonctions et de la confiance que la population m’a confiée en me choisissant aux dernières élections.

Vendredi dernier, mon comportement a causé un incident fâcheux qui a retardé un vol d’Air Canada entre Montréal et Val-d’Or. Je tiens à m’excuser auprès des autres passagers et du personnel pour ce qui s’est passé et pour les désagréments que j’ai pu leur causer.  Je tiens à m’excuser aussi auprès d’Air Canada et d’Aéroports de Montréal.

Ni la fatigue, ni le stress ne peuvent justifier ce que j’ai fait. Cependant, je ne peux que constater que j’ai aujourd’hui besoin d’aide pour surmonter un trouble médical, une dépendance à l’alcool comme beaucoup trop d’autres Canadiens.

Sans me chercher d’excuse, je sais bien que certaines cicatrices, profondes, ont été laissées par mon séjour dans une école résidentielle. Je ne m’en suis jamais caché. Le décès de mon ami et mentor, Jack Layton, m’a aussi beaucoup affecté. Comme lui, j’ai eu besoin d’une béquille. La course à la direction m'a épuisé, en plus de m'éloigner encore plus souvent de mes enfants et de mes proches.  

La vie sur la Colline parlementaire peut être trépidante et stimulante, mais elle est aussi remplie d’obstacles et d’embûches – plusieurs de mes collègues pourront abonder dans le même sens.

J’ai donc demandé à mon chef de bien vouloir me donner congé afin que je puisse prendre le temps nécessaire afin de traiter cette maladie. Je lui suis reconnaissant de son appui et de l’appui de tous mes collègues lors de cette période difficile de ma vie.

Je tiens à remercier les citoyens d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou pour leur appui constant et je demande leur indulgence. Je peux les assurer que mon bureau continuera de les servir et que mes collègues néo-démocrates sauront prendre la relève pendant mon congé de maladie.

Ma priorité est de servir les citoyens de ma circonscription au mieux de mes capacités et c’est avec humilité que je vous dis merci, et à bientôt.